Venez aux arbres optimistes …Par le poète Amor Sbika de Tunisie

,Si la nuit gomme ses charmes
et les ténèbres
assombrissent
,les ténèbres
,Si l’eau nomme ses fantasmes
Et les débris
ramassent
,les débris
,Si l’eau attend
et tend
vers l’eau
la terre vandale
ses fontaines
,crient
crient
et continue
à célébrer la victoire
du sang
,jusqu’ à la fin de la joie
,Si l’année s’éteint
et sombre
,jusqu’au lever de l’année
une année
trompe
,une autre

la joie du sang
,continu
l’hymne
,continu
fidèle
,à sa lumière
fidèle
,aux slogans
les rebelles
aux pieds nus
,piétinant le goudron
ils projettent
la brillance de leurs larmes
sur les miroirs inconscients
de la rue,
,ils projettent leurs cris
,les miens
et la narration
continu…
Si la nuit voile
,ses charme
le désert se dévoile
,au claire du murmure
,dans l’ombre
,et dans la pénombre
aux claire
et au sombre
de la nuit
,qui sombre
mais qui atteint
,le matin de la joie


,Le désert
répond
,aux cris de l’ombre
nu
,de ses tissus
nu
,des cieux
,des paroles de dieu
,Si la nuit nuageuse
la nuit du martyr
,chante
,plante les horizons
les arbres tentent
,de célébrer la verdure du matin lointain
,si la nuit plante les regards par le salut
je récite
mon poème amoureux
,au fond du ténèbres
au fond
,du sangs

,O vous
,vous marchez sur l’eau
vous marchez
et marchez
,jusqu’au lever de l’eau
vous marchez
,sur une ligne d’horizon flottante
vous marchez
au crépuscule,
vous marchez
,Vers une poussière
vous marchez
vers une terre
,assoiffé
,planter vos déserts
brillez
dans les nuits
des attentes stériles
,de la rose amoureuse
Plantez vos promesses
par la verdure des arbres
,lumineuse

,o vous
vous marchez
,jusqu’au lever de la terre
laver vos mains
avant
,de toucher la terre
laver vos récits
,Avant de décrire la terre
pourquoi
?vous êtes toujours absents
Venez à vos arbres
,qui vous offrent la verdure
qui offrent
,la verdure à l’horizon assombri
,Venez aux arbres optimistes
,Le village
,notre visage
,le notre
a toujours des larmes
,à l’horizon
notre village a toujours une chanson
qui survole
Les nuits
,Et les matins

le village a toujours
,la sueur au front
le village
a toujours
les poussières de la terre
,sur le visage
,et sur les images
,les statues
,les paroles de dieu
notre dieu
le notre
solidaire
se relève
pour couronner la terre
,par ses récits
,par ses chansons
par la couleur de la fleur insolite
et par la révolte
du vent

Hammam lif le 10 janvier 2015

Amor Sbika

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

*