LA BRINDILLE… écrit par le poète ahcene mariche. Algerie

Rien qu’à le regarder

De la peine il nous jouait

Pour malheureux on le prenait

Nous étions crédules

Sans émules

A la merci des mules

Tel un brin ombrageant

Toute une forêt cachant

Faune et flore s’entend

Sans honte, il osa et parla

Il élève même la voix

Beaucoup il impressionne

Il fut exalté

Jusqu’à même prêcher

.Et pouvoir soulager

Partout où il passe

Il laisse des traces

.Bien des soucis sont dissipés

Heureux il se complaisait

Il avait même du succès

Auprès de ceux dont il dépendait

Il fréquentait haute classe

Il s’offrit même une place

Parmi ses fréquentations

Une fois leurs besoins satisfaits

En quantité et en qualité

Tels qu’enfin les ont souhaités

Ils ont joué et arbitré

Ils ont tout gagné et emporté

Et l’on laissé sur le parquet

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

*