DOULEUR SUR DOULEUR ! ecrit par Caroline Laurent Turunç

Rosée et feu, au fond de mes yeux
Alors que je cligne des yeux, mes cils chantent des chansons brûlantes qui remplissent mes yeux
moment de silence et de prière, je souris et m’envole à l’aide de mes bras.
.Je crie après toi jusqu’à ce que mes lèvres s’épuisent, puis je me retourne et m’éloigne
ta blessure tombait

Je me suis rappelé comment le moineau, se tordant dans la chaleur du désert, avait raté la rivière claire et fluide
Écrit sur une photo déchirée entre un million de distances
beaucoup de promesses et de routes inachevées

Les mots qui nous unissaient en ce lieu à cette heure étaient-ils bien au-delà de la marche

De l’autre côté du tourment, de l’étreinte des ténèbres profondes, mes ténèbres, que j’avais caché au vent, se déversaient dans la nuit
Avec des dépressions qui ne seront éclairées par la lumière d’aucune lampe

C’est comme si j’étais à l’âge de la dépression
Je suis là où j’ai sauté les marches jaunes avant l’automne
Je suis comme une pierre jetée sur les toits des maisons
Tous les miroirs sont brisés
Le soleil versait la tristesse des grappes

.Personne ne connaît ma voix ! Puis je me pince la peau et me détends
!Je me dis peut-être que c’est ton départ qui me tient tranquille ou rouillé
Caroline Laurent Turunç

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

*