Dure, terrible, horrible vérité !UNE VIE CHAMBARDÉE par le poète BADREDDINE BEN HENDA.Tunisie

mes jambes tremblent
je suis sénile
et je ressemble
à une ville
trop bombardée
aucun cheveu
aucune dent
je n’ai gardés
il faut quarante
esthéticiennes
pour me farder
tant je fais peine
à regarder
j’avais les sous
j’avais du charme
et des atouts
mais les années
tels des filous
m’ont par à-coups
tout chapardé

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

*